Remèdes homéopathiques

Les remèdes homéopathiques sont obtenus à partir de substances végétales, minérales ou animales. Dans un premier temps la substance de base est mise dans de l’alcool, donnant une solution appelée teinture mère (TM). C’est à partir de la TM que seront effectuées les dilutions successives. Lorsque la substance n’est pas soluble elle est, dans un premier temps, réduite en  poudre et mélangée à du lactose; donnant ainsi une trituration. Après un certain nombre de triturations la préparation est mise en milieu liquide puis, tout comme les substances solubles, elles sera diluée et dynamisée (par secousses) un certain nombre de fois en fonction du dosage désiré.

Il existe deux techniques différentes de préparation, les dilutions hahnemanniennes (CH) et les dilutions korsakoviennes (K).

Les remèdes homéopathiques peuvent se trouver sous différentes formes :

  • les granules et les globules
  • les comprimés
  • les liquides, gouttes, ampoules
  • les solutés injectables
  • les suppositoires
  • les pommades et les huiles
  • les poudres et triturations.

 

Règles indispensables à l’utilisation

La prise du remède :

  • 15 minutes ou plus avant ou après les repas. Plus la prise sera éloignée du repas meilleur ce sera
  • ne pas toucher le remède avec les doigts.

En tant qu’homéopathe classique je recommanderai toujours de favoriser la dilution telle que nous l’enseigne Samuël Hahnemann dans son VIème Organon. Mettre une granule homéopathique dans 250 ml d’eau. Laisser fondre et secouer de bas en haut pendant une minute environ. Secouer environ 5 fois avant chaque prise.

 Le remède doit travailler en douceur et en profondeur, même dans les cas les plus aigus.

  • ne pas utiliser d’huiles essentielles pendant la durée d’un traitement, sous quelque forme que ce soit, l’effet serait aussitôt annulé
  • éviter le plus possible, l’absorption de substances fortes telles que, la menthe, la camomille, le poivre, le café, le tabac, l’alcool…, elles entravent l’activité thérapeutique
  • les personnes souffrant d’alcoolisme doivent opter, de préférence pour des remèdes en granules qui seront dilués dans l’eau
  • les remèdes peuvent généralement être pris durant la grossesse, sur les conseils d’un homéopathe professionnel
  • pour les jeunes enfants et les nourrissons, ne jamais administrer un remède qui ne serait pas dissout dans l’eau, l’enfant pourrait s’étouffer
  • ne pas mettre le remède au micro-ondes (dans un biberon par exemple), ils serait complètement inefficace
  • éviter de ranger vos remèdes proches des ordinateurs et des toilettes, rangez les plutôt dans un endroit neutre et frais, ou au réfrigérateur
  • il est très important de redynamiser (secouer fortement) un tube ou une préparation avant chaque prise.

 

Dosage et âge du patient

La guérison en homéopathie dépend, entre autres,  du degré de réaction de chaque personne au remède consommé. De ce fait il est facile de comprendre que le dosage et la posologie varieront en fonction de la réactivité du patient et du caractère aiguë ou chronique de sa maladie.

 

L’automédication et ses limites 

Pour qu’un traitement fonctionne correctement il est indispensable, avant de le consommer, d’analyser l’ensemble des symptômes, qu’ils soient physiques, généraux ou psychiques. Dans le cas de maladies aiguës ou d’incidents – les petits « bobos » du quotidien (coupure, brûlure mineure, coup mineur, coup de soleil, piqûres de moustique – sans réaction allergique – etc.) il est possible de pratiquer l’auto médication. Dans les cas plus chroniques ou plus complexes, il est préférable de consulter un professionnel de la santé et de ne pas tenter de se soigner soi-même, que ce soit par l’homéopathie ou par tout autre moyen. L’auto médication est formellement déconseillée chez les nourrissons, chez les personnes âgées ainsi que chez les personnes souffrant d’une maladie grave (cancer, diabète…).

Share